L’homme qui arrêtait le temps

$5.00$20.00

(1 avis client)

Simon l’ignore encore, mais il a un don unique qui va orienter le cours de sa vie. Après avoir souffert d’exclusion dans sa jeunesse en raison des phénomènes étranges dont il est la cause, il prend conscience de ses capacités et connaît le succès. On lui prédit maintenant la célébrité, mais il préfère mener une vie discrète et apparemment ordinaire, dans laquelle il exerce son don extraordinaire au service des autres. Des événements inattendus et un inspecteur de police viendront toutefois perturber ses plans.

Lire un extrait

UGS : BK101532 Catégorie :

Né à Montréal, Alain Lachapelle vit dans les Basses-Laurentides. Après avoir oeuvré pour le gouvernement, dans l’enseignement ainsi qu’au secteur privé, il jouit maintenant d’une retraite lui donnant l’occasion de s’adonner à ses passions : la musique et l’écriture. L’homme qui arrêtait le temps est son premier roman.

Informations complémentaires

Poids ND
Dimensions ND
ISBN

9782982028807

Auteur, Autrice

Alain Lachapelle

Nombre de pages

94

Date de publication

2021-10

1 avis pour L’homme qui arrêtait le temps

  1. Dana (client confirmé)

    C’est vrai, j’ai pris mon temps pour écrire mes impressions sur le livre de mon cher ami, Alain. C’est parce que j’ai attendu cette inspiration qui débloque les mots du coeur. Je voulais, entre autres, m’assurer que mes impressions sur son roman soient à la hauteur de ce que le livre représente en son essence. Alors là, c’est parti!

    Le temps – une notion définie par le dictionnaire Larousse de différentes manières, dont: “Mouvement ininterrompu par lequel le présent devient le passé, considéré souvent comme une force agissant sur le monde, sur les êtres.”

    J’ai eu l’occasion de lire ce roman en novembre 2021, à plus d’un an et demi depuis le début de la pandémie. Ce que la pandemie m’a appris?! Que le temps est précieux. Ce que le livre d’Alain m’a appris?! Que le temps est inestimable.

    L’idée centrale du roman est évoquée par un de ses personnages : “La vie (…) nous est donnée sans que nous la demandions et elle nous est reprise sans notre accord non plus. Que l’on soit centenaire ou dans la force de l’âge, il vaut mieux vivre chaque jour comme si c’était le dernier.”

    Dans son roman, l’auteur touche quelques problématiques essentielles du monde actuel. Un est le besoin d’identité: “(…) parce qu’au fond de nous subsiste un doute. Alors nous adoptons des étiquettes, des idées, des causes, des idéologies ou des religions qui viennent mettre un diachylon sur nos angoisses existentielles. Angoisses auxquelles, il faut bien sur ajouter celle de la mort.”

    L’autre problématique est la peur d’incertitude. “(…) sans l’appui de ces béquilles que sont nos certitudes, le monde nous paraît terrifiant, et la vie, vide de sens. Or, ce que nous terrifie le plus se trouve en nous, mais nous le projetons au-dehors de nous pour pouvoir l’affronter.”

    “Le besoin d’identité” et “la peur d’incertitude » – voici donc deux handicaps majeurs qui nous empêchent de vivre authentiquement notre vie, tout en profitant de chaque instant qui s’offre à nous.

    Le roman d’Alain est définitivement un livre riche en expériences et en choix de vie, qui nous font murement penser. Je ne veux pas trop dévoiler de ce que le romain offre en thermes d’actions qui coupent le souffle. Je vous laisse les découvrir. De mon côté, suite à cette lecture, je ne peux que conclure que l’étincelle de présent que chacun d’entre nous vit en ce moment est unique et elle va irréversiblement se transformer en passé… en souvenir, alors prenons bien soin d’elle!

    Combien de fois dans votre vie, auriez-vous aimé pouvoir arrêter le temps? Pour vivre intensément ce moment-là de bonheur en compagnie de vos parents, de vos grands-parents, de vos amis, du chère aimé. Combien de fois? Combien de fois auriez-vous aimé pouvoir arrêter le temps pour vous (pour votre propre joie) et combien de fois pour le bénéfice des autres?

    Arrêter le temps – c’est possible si vous lisez le livre d’Alain Lachapelle, un roman que je recommande chaleureusement!

    Enfin, je dois l’avouer: c’est un livre délicieux comme un gâteau! Lorsqu’on a lu la dernière page, on a envie d’en prendre encore un morceau! Reviens-nous vite avec la suite, cher Alain!!!

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *